kanka

Kanka : Interview

A quelques jours de la 1ère édition du One One Six festival, nous sommes allés à la rencontre de Kanka, grand Dubber français présent sur la scène depuis 1997, faisant partie du label Hammerdub. Il partagera la scène Paris Dub Session avec Mungo’s Hi Fi ft. Tom Spirals pour un live full sound system… Nos jambes ne demandent qu’à danser!

Toute l’équipe de One One Six est ravie de t’accueillir pour la première édition de notre Festival, tu es pour nous, comme pour le public, une référence dans le paysage dub international. Qu’est ce qui te donne la force, année après année, de continuer à créer, voyager et partager ta musique ?

Merci à vous de m’accueillir sur cette 1ere édition. Je ne sais pas exactement ce qui me donne la force de persévérer. En tous cas, je sais que de manière générale, c’est très important pour moi de créer, composer. Ça me permet de tourner les pages et ça me donne l’impression d’avancer. La création c’est comme un moteur, c’est pour çà aussi que récemment j’ai commencé la peinture. Ça me permet d’aborder un autre univers artistique.

Irréductible producteur, peux-tu nous en dire plus sur la façon dont tu crées tes morceaux? Composes-tu tes musiques en studio avec instruments ou uniquement en musique assistée par ordinateur ?

La plupart du temps je commence avec la batterie, puis je cherche une tonalité avec les skanks et après je passe à la basse. Pour moi la basse est le corps de la chanson, c’est elle qui apporte le groove. Après selon mes envies je laisse l’instru en dub ou j’ajoute des vocales. Ça dépend du feeling de la chanson. Et oui j’utilise essentiellement la musique assistée par ordinateur pour composer, mais j’ajoute aussi régulièrement des parties acoustiques comme les cuivres, les percussions, le mélodica, les voix…. L’un n’empêche pas l’autre, c’est très complémentaire.

Ton dernier album Cool It est sorti sur le label ODGProd en novembre dernier, encore un gros succès avec plus de 10 000 écoutes sur chaque morceau ! « Un retour aux sources » selon le label tourangeaux, peux-tu nous dire en quelques lignes ce que tu souhaitais partager avec cet album ?

Avec ce nouvel album Cool it, j’ai ressenti le besoin de proposer  quelque chose de plus posé, plus roots. Après six albums plutôt orientés « steppa », j’ai voulu retourner à ce qui m’a fait découvrir le dub. C’est-à-dire la période du reggae en Jamaique pendant les années 70. Je n’ai pas du tout essayé de reproduire le son de cette époque, je voulais garder mon identité. Le but était de proposer quelque chose de contemporain avec des influences roots.

Dans le cadre du Festival One One Six, plusieurs conférences sont organisées dont une sur le thème suivant : Démocratisation du dub : rétrospective et avenir, toi qui exerce depuis de nombreuses années, peux-tu nous donner ton avis notamment sur la scène française qui explose ces dernières années ?

Oui c’est vrai que le dub en France s’est développé depuis plusieurs années. Les sound systems notamment contribuent à cette évolution, car le public aime le reggae et le gros son. Il y aussi toute la vague « french dub » qui élargit la scène avec des sons plus électros ou orientaux. Ce sont des univers parfois différents qui utilisent plus ou moins les mêmes codes. Je ne sais pas comment çà se passe à l’étranger, si c’est la même chose ou si c’est surtout un phénomène français. En tous cas, la scène s’élargit.

Tes productions mélangent de l’électro et du reggae-dub, le 29 avril tu participes au « One One Six » Festival qui promeut des musiques électroniques : Que penses-tu de rassembler dans une  soirée de la psytrance et du dub ? La psytrance est-elle un style de musique qui t’inspire ou pourrait  t’inspirer ?

Oui je pense que ça peut-être une bonne idée de rassembler la psytrance et le dub dans une même soirée. Il n’y pas de règles de toutes façons dans l’art. On peut parfois retrouver des similitudes d’un style à un autre. Surtout dans l’électro, c’est pas toujours facile de mettre des « frontières ». Personnellement, je n’ai pas suffisamment une grande connaissance de la musique psytrance pour pouvoir m’en inspirer, mais ça me parait cohérent en terme de programmation.

->> Soundcloud

->> Billetterie