18194824_10212343880729669_1033476186963511971_n

Pourquoi les soirées sound system sont les meilleures ?

Si il y a bien une question qui turlupine le public à chaque fois qu’il est question d’une soirée où des artistes dub sont programmés, c’est bien celle du sound system !

« Est ce qu’il y aura un sound ? »
« Qui s’occupe de la sono ? »
Impossible d’échapper pour les orgas de soirées à ces questions qui tomberont automatiquement sur les murs d’events ou dans les boites mails dès l’annonce de la prog.

Sound System du BoomBoom Collective

On trouve bien, dans les milieux technos ou free des aficionados de la qualité du son qui vont, avant chaque fête, s’inquiéter de la marque, de la puissance ou de la propriété de la sonorisation ; mais à bien y regarder, ça n’a pas de commune mesure avec ce que l’on observe dans le domaine spécifique de la musique Dub.

On parle bien ici d’un élément essentiel.

Il faut venir assister à un concert de dub pour être surpris par la fascination que provoque sur le public ces quelques enceintes posées les unes sur les autres. Il faut en parler avec les artistes eux mêmes pour comprendre comment leur musique s’en retrouve transfigurée. Enfin, il faut échanger quelques mots avec les danseurs, à la sortie de ces salles devenues jungles, pour imaginer l’expérience si spéciale qu’ils viennent de vivre, si différente de tout ce que l’on peut ressentir ailleurs.

Bref, il faut avoir vécu une soirée sound system pour le comprendre, et pour se laisser convaincre, nous avons été questionner les principaux intéressés, des artistes aux danseurs, habitués comme novice, jusqu’aux collectifs qui les ont façonnés :

Qu’est ce que ça a de si spécial une soirée sound system ?

 

 

Kevin de Anvers (Belgique) – croisé à la sortie de la dernière Paris Dub Session

Capture d’écran 2017-11-06 à 18.26.34

(NDLR) Oui, on a été chercher leurs photos sur Facebook, elles ne sont pas toutes parfaites, on espère qu’ils nous le pardonnerons.

Qu’est ce qui t’a fait atterrir dans une soirée sound system dub ?

Je fais beaucoup de soirée sound system en Belgique, là je suis de passage à Paris, j’ai regardé où sortir et  je suis venu.

Ça change quoi du coup de pouvoir écouter la musique sur un sound ?

La musique devient physique ! Tu ressens la basse vibrer et dicter ta respiration, c’est vraiment une sensation unique. Le côté « anti star system » où tu te retrouves à danser devant la sono plutôt que devant l’interprète a aussi quelque chose d’original et amusant.

 

Olive  (Paris) – soundman du BoomBoom Collective

Sans titre2

Quelle est la particularité d’un sound system de dub par rapport à une sonorisation classique de salle ?

« D’un point de vue technique, pas grand chose et l’écart se resserre de plus en plus entre les systèmes de sonorisation professionnels et les sound systems artisanaux… la technologie devient plus accessible et les soundmen font aujourd’hui beaucoup d’effort pour allier puissance et qualité.

Musicalement, la grosse différence se situe sur les extrémités du spectre musical avec des basses surdimensionnées et des aiguës particulièrement scintillantes. L’importance de la basse qui devient physique dans le reggae et le dub nécessite d’adapter la configuration technique. D’ailleurs les sound systems dub ne recherchent pas vraiment la neutralité et cultivent cette spécificité sonore qui marque aussi l’identité d’un sound system par rapport à un autre. Notre sono en est le parfait exemple puisque nous avons dimensionné et conçus tous les plans de nos enceintes pour un son unique. »

 

Laure Anne  (Paris) – déchainée sur la danse

Sans titre4

Qu’est ce qui t’a fait atterrir ici ?

J’ai découvert le sound system à 20 ans, trainée par des amis à un concert qui me disait pas grand chose, moi qui écoutait principalement la scène Rock. Première confrontation, première claque. Depuis je reviens régulièrement.

 

Ça change quoi du coup de pouvoir écouter la musique sur un sound ?

L’expérience du sound-system, c’est donner à ressentir le son jusqu’au fond de ses tripes. C’est très physique, palpable. On se plonge dans une forme d’introspection de ce que nous fait ressentir la musique sur le moment. Le mode de diffusion devient en fait aussi important que la musique en elle-même car ça nous fait vivre une expérience sensorielle unique.

 

DLSM  (Londres) – artiste dub du collectif One One Six

Sans titre3

Tu fais quoi comme musique ?

Principalement du Digital Dub et ça tourne parfois au trip hop ambiant…

Quand as tu eu l’occasion de jouer ta musique sur sound ?

Pour l’anniversaire de One One Six, le Boom Boom Collective avait installé son sound system dans un cinéma et j’ai eu l’occasion de jouer dessus.

Et ça change quoi concrètement par rapport à une sono classique ?

Concrètement ? Beaucoup de choses. J’avais l’impression de réécouter mes prods. Le premier truc qui frappe, c’est l’impact du subwoofer. Derrière ma machine j’ai dû y aller comme un dingue pour que mes sons soufflent un peu. Dès qu’un de mes sons avait plus d’infra-Bass ça changeait tout de suite la donne, on voyait direct la différence sur le public.

La prochaine Paris Dub Session, c’est le samedi 11 novembre au Glazart, avec une carte blanche au sound system parisien BoomBoom Collective résident de la soirée depuis 3 ans, toutes les infos sont ici pour venir vous faire votre propre idée :

L’Event

La prévente

22406520_752051981648496_788360681729627524_n