28576151_1764297783654284_3638240067302512805_n

It’s Called Techno : Interview croisée Christian Wunsch & Arnaud Le Texier

Nos deux têtes d’affiche de la soirée, Arnaud Le Texier et Christian Wünsch, figures respectées et à la pointe du genre, ont bien voulu se plier au jeu des questions/réponses pour One One Six :

Comment est la scène techno en ce moment en Angleterre, en Espagne ?

CW : En Espagne, la techno semble connaitre un engouement sans precedent, du moins dans certaines villes comme Barcelone par exemple, où c’est la folie en ce moment, il n’y a jamais eu autant d’évènements. Madrid a toujours eu sa scène, et autant au Sud qu’au Nord, il y a des choses qui se font.

ALT : En Angleterre, si je la compare au moment où j’y suis arrivé, il y a 12 ans… Bien différentes! Beaucoup de clubs ne sont plus là. Mais je dirais que la scène se stabilise depuis 1 an et de nouveaux endroits se sont ouvert comme Printwork ou E1 le petit dernier.
Londres est une ville où les choses vont vite et donc les changements sont très rapides. Mais c’est une ville qui est toujours là depuis des années et qui le sera toujours.

Il y a quelques villes comme ça dans le monde qui ont cette chance.
C’est comme Paris y a 10 – 15 ans ce n’ était pas le mieux au niveau clubbing, alors que Londres était loin devant et puis Paris est revenu en force. Toutes les villes ont connu cela à un moment… C’est souvent la faute des politiques qui ne comprennent rien à rien en fermant les clubs!

Christian Wünsch

Christian Wünsch

Depuis les années 90 et ses premières raves, on assiste à une véritable ferveur populaire pour le genre, qui va croissant, qu’en penses-tu ?

CW : Il y a du pour et du contre de chaque côtés. En vérité, je préférais quand il y avait moins de soirées, et que chaque événement était presque secret… J’aimais aussi beaucoup le charme du chinage chez les disquaires, à écouter les nouvelles sorties etc.
C’est cool qu’il y ait un accès plus facile à la musique et à l’information, à portée de la main, mais j’ai aussi l’impression qu’on frôle la saturation aujourd’hui…

ALT : Oui depuis 4-5 ans tu vois la scène grossir et c’est cool. J’ai eu la chance de la voir grandir en France à partir de la fin des années 80 et je dois dire que cela fait plaisir de voir ce style de musique toujours en place. Alors qu’au début tout le monde disait que cela ne durera pas plus 6 mois…:) et puis il y a plein de pays qui s’y mettent comme en Amérique du sud, Chine etc.

Arnaud Le texier

Arnaud Le texier

Et depuis quelques temps et de manière générale, une augmentation des BPM, une techno qui deviens de plus en plus énervée et sombre, quel est ton ressenti par rapport à cette tendance ?

CW : Eh bien, quand j’ai commencé à faire de la techno, le BPM oscillait entre 135 et 140… Après ca a commencé à réduire, et maintenant les gens se remettent à des rythmiques plus rapides, je suppose que c’est l’envie de changement, cyclique et très humaine.

ALT : Alors il y a 2 écoles qui apparaissent je dirais une qui augmente les BPM mais une autre qui les ralentis. Mais dans les 2 cas ce sont des styles plus underground et expérimentaux. À partir du moment où c’est bon et que cela groove cela me va. Tu peux taper à 150 et groover plus qu’on ne le croit :) Ce qui compte pour moi c’est que ce soit de la qualité.

Comment imagines-tu la techno à l’avenir, musicalement parlant ?

CW : J’espère à l’avenir que la techno retrouvera sa place dans les petits clubs, darks avec de bon sound systems, où les gens savent parfaitement pourquoi ils sont là et ce qu’ils vont écouter. Des clubs comme le Garden of Pereira ou le Subclub à Brastilava en sont le parfait exemple.

ALT : Pour l’instant ce que je ressens c’est que les artistes ont envie d’expérimenter plus et de pousser le level plus haut. Mais je pense que ce sera l’unique façon pour ce style d’évoluer car la techno est une musique moderne donc il va falloir qu’elle se modernise si elle ne veut pas disparaitre…

L’accès à la musique n’a jamais été aussi facile, que penses-tu de la dématérialisation de la musique (soundcloud, mixcloud, youtube…)?

CW : Tout ce qui facilite la transmission d’informations, son accès, me semble très bon et légitime à mes yeux, même si j’ai comme l’impression qu’on a perdu son essence.

ALT : Tout est comme ça, même les films, les livres, etc. C’est une autre façon de consommer et il faut s’adapter. J’avoue que j’aime bien avoir accès à ma musique sur mon téléphone et que des fois je regrette que ne puisse pas avoir accès à la totalité de ma collection dessus…

maxresdefault

Quels sont tes projets du moment pour toi, ton label ?

CW : J’ai de nombreux projets, de collaborations avec d’autres producteurs de techno et de styles différents. Je suis aussi sur mon quatrième album, sur des remixes…
Sur le label, on vient juste de sortir un EP de Developer, et bientôt un de Fixeer, et ensuite des remixes de mon album « Sadistic Rituals », réalisés par Regis, Orphx, Broken English Club, Stanislav Tolkachev, Sabotak… Très content dans l’ensemble !

ALT : Pas mal de releases dont une sur le label Kolde Records et une sur mon label Children Of Tomorrow avec sur une face Unbalance et l’autre moi. Sinon mon album qui sortira bientôt.

Merci à tous les deux pour ces témoignages !

On se retrouve maintenant samedi prochain au Glazart pour cette édition spécial Techno

It’s Called Techno : https://www.facebook.com/events/333030143771945/

Préventes : http://www.digitick.com/it-s-called-techno-le-texier-wunsch-sparks-ahxat-paragram-soiree-glazart-paris-19-17-mars-2018-css5-glazart-pg101-ri5226545.html