batofar photo 1

Interview : Marine, programmatrice térrasse du Batofar

Salut Marine, pour commencer, peux tu nous parler un peu de l’histoire de ce haut lieu de la culture underground parisienne et de son identité atypique ?

Originaire des côtes irlandaises, le Batofar est né d’une première expérience, celle de la Guinguette Pirate en 1995. L’actuel directeur de la société Bateau Feu (batofar, Iboat), était déjà à l’initiative de ce projet.
L’idée était d’associer un bateau feu* à un contenu festif, en exploitant d’une nouvelle manière les quais, notamment ceux de la Seine, dans le 13ème arrondissement. Le Batofar nait en 1999, à l’époque il n’y avait que quelques bateaux avec ce concept.
L’idée était de pouvoir y trouver des artistes émergents autour des musiques actuelles de l’époque, notamment les musiques électroniques. Avec le Rex qui existait déjà à l’époque, le Batofar a contribué au développement de cette culture. L’ambition était également de développer une plateforme d’échange à l’échelle européenne et de donner la place à des expressions artistiques alternatives et underground.

Le Batofar c’est donc à la fois de la résidence et de la diffusion de création, que ça soit à travers la programmation club et concerts mais aussi UBLO. Il s’agit du laboratoire de création visuelle que gère notamment ma collègue Audrey, chargée graphisme et vidéo du Bato qui fait un super travail à travers des résidences d’artistes pour faire naître des créations visuelles collectives, pluridisciplinaires et originales.

Le concept à été décliné à Bordeaux avec l’Iboat en 2011, tout en tenant compte d’une réalité pratique, de terrain avec les acteurs locaux et bientôt le RAZZLE à Lyon sur la même configuration que le Bato !

*Bateau feu: Sorte de bateau qui remplit, en pleine mer, une fonction de phare.

Batofar photo 2

C’est quoi en bref le métier de programmateur ? ta journée type ?
Pas de journée type ! En gros j’arrive au bureau entre 9h30 et 10h et je ne sais pas trop quand je termine.
Je passe beaucoup de temps sur mes mails et les réseaux sociaux, beaucoup de rendez vous sur le Bato aussi avec les collectifs et orgas. L’idée première étant de trouver des projets en cohérence avec notre lieu, d’être curieux et sensible à ce qu’il se passe à Paris mais pas que, j’ai reçu plusieurs projets de Rennes, Lilles … Donc ça passe par un travail de veille et de recherche d’organisateurs que l’on souhaiterait recevoir sur la terrasse ! On ne fait pas de booking isolé, avec Luana mon assistante on démarche des associations, des collectifs pour monter des concepts pluridisciplinaires. Les terrasses ont lieu du mardi au samedi, nous avons quelques résidences mais la plupart des projets se font en One Shot.

Je gère aussi la partie booking Dj-set du Wagon (resto du Bato) avec Julie la programmatrice club et je m’occupe de la programmation Plage l’été. Avec l’équipe artistique on monte une quinzaine d’événements plutôt ambitieux avec de la scénographie, des activités interactives et on travaille sur tout ce qu’il y a en amont des projets, partenariats, la communication, liens avec l’institutionnel également (Mairie de Paris, Port de Paris).

Luana : Assistante en stage, je travaille sur la communication des Aperoboat, du Wagon je m’occupe également des opérations disquaires, créateurs, et des petits showcase qui ont lieu dans cet espace.

Le concept d’Apero Boat c’est plus qu’un afterwork classique tu peux nous en dire un mot ?

Le concept d’aperoboat c’est de proposer des cartes blanches aux divers collectifs pour la création d’un événement culturel, arty, décalé et sortir de la proposition uniquement djs sets, qui reste tout de même un point central puisque nous sommes au Batofar.

C’est quoi pour toi une bonne programmation ?
Un événement qui va sortir de ce que l’on propose habituellement au batofar en formats concerts ou club. Nous sommes attentives à des projets musicaux de type djs sets mais également pop, rock, inde, des performances de street art, de peintre, du VJing, des ateliers DoItYourself ou autres, du théâtre, des expositions, des scéno de fou !
J’aime également les propositions décalées comme de la voyance, de l’hypnose, des vides dressings, des ateliers de décoloration de cheveux, de coiffeurs etc. Un projet avec une thématique comme les supers héros ça va me faire marrer et faire marrer le public, ça aussi j’adore !

On note que t’es fan de super héros! Et en terme de musique, arts, quels sont tes gouts perso ? Où est ce que tu aimes sortir?

Au Batofar ahah! Vu que j’y suis très souvent et que j’aime voir ce que les orgas mettent en place en terrasse je découvre énormément d’artistes! Je vois énormément de concert aussi. J’ai hâte de voir celui de Martial Canterel le 11 mars, ce fan de synthé qui produit une sublime New Wave. Gogo Pinguin aussi ! c’est un groupe de post Jazz façon Portico Quartet que j’affectionne beaucoup, ça se déroulera le 8 avril.

J’apprécie aussi beaucoup les soirées des organisateurs OTTO 10, Alter Paname, Souk Machine, ces explorateurs de lieux qui proposent toujours de beaux concepts artistiques avec de chouettes line up et des scénographies de dingue !
Un autre orga qui arrive très bien à faire cela est le collectif Micro Climat, j’ai adoré leurs événements en journée dans les espaces verts de Paris.

Un endroit que j’affectionne particulièrement, le Garage Mu dans le 18eme ! Cette salle undergound avec une programmation exigeante accueille régulièrement des artistes musiciens expérimentaux ! Ils ont organisé un très bel événement « Bande Originale » l’été dernier, c’était une sorte de manifestation nomade avec des navettes sonores, des promenades sonores, et des rencontres musicales ! Je trouve cette démarche incroyable. Nous les accueillons d’ailleurs cet été sur la plage du Batofar! Surveillez la programmation !

Luana : Le dernier concert que j’ai vu c’était Shanon Wright lors de l’anniversaire du Bato et j’ai vraiment beaucoup aimé ! J’étais à Lyon récemment, le soir ou jouait Motor City Drum Ensemble, j’aurai vraiment aimé le voir, j’adore ce qu’il fait !

Pour ce qui est des lieux, le café de la presse je trouve ça pas mal, après j’aime bien certains quartier par exemple le 18eme, vers Pigalle, pour une soirée club ça serait plus la Machine du moulin rouge, et après pour tout ce qui est petits bars, il y a Les Petites Goutes, bar resto super sympa !

Et qu’en est il de vos meilleurs souvenirs sur le Bato ?

Il y en a tellement que je ne sais pas quoi dire.
Un concert : Lords of the Underground, groupe hip hop américain phare des années 90, l’ambiance était folle le public était fou et surtout en première partie sa petite fille Dj Glo djette et rappeuse a mis le feu ! c’était dingue !

Une soirée club : Club PROST avec After BP de ce nouvel 2015, avec les boss de l’entité Dekmantel, label et festival d’Amsterdam, avec la trinité allemande ITALOJOHNSON et l’éclectisme d’OXYD. C’était punchy et explosif !

Ah OUI un super souvenir la Boiler Room en février l’année dernière avec DJ DEEP, ZADIG , OXYD, FRANCOIS X, une ambiance au top, des sets de fous, tout ce qu’on aime !

Un Aperoboat , celui avec les nana de panam, c’est un projet qui m’avait beaucoup tenu à cœur, un projet artistique 100% féminin avec une artiste qui maquille les nana de panam, qui les fait ensuite poser sur un fond un peu décalé, coloré. C’était une terasse comme j’aime avec de la sceno, des aterliers girly de manucure, de coloration de cheveux, des dj set, c’etait super chouette.

Luana : Un aperoboat qui m’a marqué, la venue du collectif MetroKlub en Janvier qui a fais appel a des artistes vraiment impressionnants, il y avait sur la terrasse des gros dj sets avec Arnaud Rebotini, Ismael, ils avaient aussi investit le Wagon avec le rappeur Rocé que j’aime beaucoup et l’équipe du Mellotron.
J’attends la venue de Gogo Pingui qui est assez différent de ce qu’on entend au Bato, un peu jazzy.

Pour finir peux tu nous dire un mot de l’identité musicale que le Batofar veut se donner pour les années à venir ?

Eclectique, pointu et curieux ! Ma collègue Julie fait un travail remarquable sur le club ainsi que Damien sur les concerts, mais toute l’équipe peut proposer des projets de concerts, nous travaillons en collégial et je pense que c’est une réelle force ! Le Batofar va surtout avoir un 3ème petit frère, après l’IBOAT, le RAZZLE, le nouveau projet culturel flottant qui débarque à Lyon très prochainement !



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre