krak-in-dub-up

Interview : Krak in Dub

Le 27 juillet nous avons la chance d’accueillir Krak in Dub (KID) avec de nombreux guests : Eva Lazarus, Troy Berkley et Ackboo. Autant dire que le 1er open air du Summer Dub festival #2 va être mémorable… ! Pour l’occasion, merci à KID d’avoir accepté de répondre à nos questions :)

Chez One One Six, nous avons l’habitude d’aborder différents styles musicaux, KRAK IN DUB au final c’est aussi beaucoup d’influences différentes ? Peux-tu nous en dire plus sur toi et ton univers ?

Mon univers musical est vaste, j’ai toujours aimé le jazz et la musique Afro-Latine, j’ai grandit dans une famille ou la musique rythmais les journées et avait une place aussi importante que la littérature, mon père avait un atelier de facture de congas dans le garage, c’est vous dire la place prédominante de cet art dans mon éducation. Ma révélation pour la musique électronique date de 1989 avec l’album « It takes a nation millions to hold us back » de Public Enemy. En boucle dans mon walkman l’année de mes 14 ans ! Ensuite je tombe dans la jungle au milieu des années 90, comme je suis batteur-percussionniste, je fonds littéralement pour cette musique complètement folle ! C’est tout naturellement que je deviens DJ chez Mas I Mas Sound System ou je sélecte aussi bien du reggae/dub que de la jungle.

En France, on dit souvent que tu es le pionner junglist, est-ce que tu peux nous en dire plus sur ce genre et tes débuts avec?

Je ne suis pas « le » pionnier junglist, disons plutôt que je fais partie de la seconde génération après les véritables pionniers : Willyman (RIP), Otis, le Junglist posse, Kafra, Le Lutin… Avec Mas I Mas nous avons ouvert la voie à la Jungle en faisant d’énormes free partys, fêtes dans lesquelles on entendais surtout de la techno à l’époque. Nous avons eu des émissions radio, des résidences en club/bar, comme à la Flèche d’Or, la Loco, le Gibus, et même une émission de télé pirate sur OSF, Boom Boom Line qui émettais sur tout l’est parisien. Nous avons élargie le mouvement que les vrais pionniers avaient démarré. Quant à la Jungle en tant que musique, elle se prête à toutes les folies, elle se mélange naturellement au Jazz, au Reggae, au Hip Hop, même à de la musique classique ! La jungle est pleine d’une énergie sans cesse renouvelable, passe un track jungle dans une fête, c’est le JUMP UP automatique sur le dancefloor !

Nous te suivons depuis déjà un bout de temps et nous avons été envouté par ton dernier EP « AMAZONITE », prémisses d’un album qui sortira à l’automne. Quelles sont les grandes lignes de ce projet ? Qu’est-ce que tu veux faire partager au public ?

Amazonite est mon premier album solo, il porte donc une importance particulière à mes yeux! Nous avons décider avec mon équipe de sortir plusieurs singles avant la release complète de l’album prévue pour novembre 2017. Le premier single éponyme avec le featuring de PupaJim (Stand High Patrol) est un stepper très musical ou Jim chante sur la puissance de guérison et de plénitude de la mer, c’est un track que nous voulions poétique et impressionniste. Ce single est sorti avec 4 versions, l’instru, la chanson de PupaJim « Iodine 53 » (en réponse au titre Amazonite), un remix de Zion Train, le boss du label qui sort l’album (Universal Egg) et une version sound system. Pour le second single, sortie en juin, c’est le titre « Some People » de Demolition Man (Ras Demo) que nous avons choisi, un track digital roots sortie en parallèle en vinyle 7 pouces chez Fogata Sounds (100 Fuegos). Le troisième et dernier single sortira à la rentée, featuring Eva Lazarus et Troy Berkley (qui sont mes invités à la soirée Dub Summer Festival de One One Six) Amazonite contient 14 titres au total, allant du reggae, au stepper, avec du ska, de la jungle et plus encore ! C’est un album que je voulais dansant et conscient dans son contenu lyric, car le message est important, c’est un message d’unité et de respect. RDV pour la sortie à l’automne, cd/vinyle/digital chez Universal Egg, un de mes labels fétiche depuis le début des années 1990, c’est vous dire l’honneur que me fait Neil Perch (Zion Train) en me signant.

Tu as énormément sillonné les routes des festivals dernièrement. Le Bogotrax en Colombie, le BoomTown, le Shambala et le One Love en Angleterre, le Sea Splash en Hongrie … Est-ce que le public, l’ambiance Dub est différent(e) selon les pays?

Le public dub est différent, de ville en ville et de pays en pays, heureusement !!! Des pays à l’histoire récente chargée de guerre comme la Colombie ou la Serbie ont un public très ouvert et enthousiaste, l’Angleterre a un public avec de très solides fondations musicales et qui connaît la culture sound system parfaitement, chaque ville est elle même très différente de la ville voisine, cela permet aux musiciens comme moi de ne jamais s’ennuyer en tournée et de toujours découvrir des nouveaux modes d’expression au sein d’une même culture. Je lutte pour que chacun garde et chérisse sa différence, je ne veux pas que les dub corners du monde entier soient tous pareil, ça serait catastrophique à mes yeux !

Le 27 juillet tu viens avec 2 artistes anglais : Troy Berkley et Eva Lazarus, parlent nous un peu d’eux :-) Troy et Eva sont à mes yeux 2 énormes artistes ! Eva est anglaise, elle est versatile, capable de chanter en acoustique avec sa guitare comme de rapper sur des instru super fat. Elle a une grosse présence sur scène, je l’ai rencontrée au festival Shambala (UK) en 2015 et je suis tombé sous le charme instantanément ! Eva a signé des tracks avec Mungo’s Hifi, Gentleman Dub Club et bien d’autres, vous allez forcément en entendre parlé ! Troy Berkley est Bermudien, il est mon MC depuis 1997, c’est mon compagnon de route depuis tant d’années que nous sommes au diapason de façon naturelle sur scène, lui aussi est un chanteur protéiforme, capable de rider presque n’importe quelle instru ! Nous avons sortie un album ensemble chez Fogata Sounds « Upgrades» toujours dispo en digital. Je suis aussi son manager à la ville et je me réjouie de le voir sur scène (et sur les albums) avec OBF ou encore avec L’Entourloop !

Un mot pour ceux qui hésitent encore à venir faire la fête avec nous le 27 juillet ?

Plein Air à Paris, gratuit, line up internationale de qualité, sable, cocktails, Vibez all night long, Rdv là bas et passez le mot à vos ami(e)s !!!

LISTEN/BUY LINKS: