Dub masters 3

Dub Masters # 3 // Augustus Pablo

On aurait pu intituler cette article “Melodica Power” tellement Augustus Pablo a su ajouter sa touche au dub voire même créer une branche entière du dub. Vous allez voir à quel point son dub est personnel et atypique. Personne n’aurait cru qu’un jour le melodica pourrait apporter autant de nouveauté à un style de musique : vous l’aurez compris, Augustus Pablo fût le premier à utiliser le melodica mêlé au dub, et ça n’a pas été le dernier.

 

Dès le début de sa carrière d’artiste, Augustus Pablo va donc utiliser ce jouet enfantin et lancer une révolution dans la musique jamaïcaine. Cependant, il serait dommage de réduire son talent musical à ce petit instrument. C’était aussi un virtuose du piano et c’est ainsi que ses sorties vont vite traverser l’île et faire de lui un homme de dub sessions : il était toujours bon d’avoir un petit passage de Pablo au melodica ou bien au piano sur ses sorties. Il était également producteur et beaucoup reconnaissent que son travail était aussi bon des deux côtés des studios d’enregistrement.

 

Horace Swaby de son vrai nom a rencontré les personnes qui le guideront dans la musique  lors de son parcours universitaire notamment un ami dont les parents vont ouvrir le premier disquaire de Kingston. A 15 ans en 1970, Swaby se dirige donc vers Chin Loy qui lui, vient d’ouvrir sa 2ème boutique sur l’île et qui lui accorda une audition. De cette session sorti la track “Iggy Iggy” qui a été créditée à Augustus Pablo, sa première signature qui va vraiment faire connaître son nom ainsi que son mélodica. S’en suit une courte période en tant que pianiste pour le groupe Now Generation pour ensuite rejoindre son pote qu’il avait rencontré à l’école devenu producteur comme la moitié de sa famille.

Chin (son ami) travaillait déjà avec Dennis Wright, un autre pote d’école mais il leur manquait un vocal sur une track, sinon tout était prêt. C’est là qu’est intervenu Pablo qui proposa d’introduire du mélodica sur le morceau : le titre “Java” naît. C’était le début d’une collaboration à succès pour les 2 artistes puisqu’ils enregistrèrent un sacré paquet de hits tous les deux. Durant cette période Pablo enregistrait aussi pour d’autres producteurs. Notamment Leonard Chin (un autre de la famille Chin) avec qui il enregistra “Pablo in Dub”.

 

Ceci va être le déclencheur de nombreuses collaborations notamment avec le fameux Lee Perry avec lequel ils produiront de nombreuses tracks sublimes comme “Born tu dub you”, ou encore Bunny Lee, Keith Hudson et d’autres encore. Mais c’est avec Perry que la collaboration sera la plus efficiente et les faces B des vyniles s’en souviendront, beaucoup de dub versions leurs sont demandées à cette époque.

 

La maturité et l’expérience vont pousser Pablo et son frère à monter leur propre label : Rockers. Ils créeront par la suite d’autres entités telles que Pablo International, Hot Stuff, Rockers International et d’autres. Il empruntait les instrus du célèbre Studio One et rajoutait sa touche perso (on vous laisse deviner avec quel instrument) tel un hommage aux instrumentistes ultra expérimentés du Studio que Augustus Pablo admirait depuis quelques années déjà.

 

Cependant, Augustus Pablo continuait aussi de produire avec son ami Clive Chin et c’est toujours avec lui qu’il a produit ses plus gros hits dont son album référence “Rebel Rock Reggae” reconnu comme son chef d’oeuvre par tous les critiques ainsi que son entourage et sur lesquels figurent des reprises de tracks enregistrées dans les studios de la famille Chin. Augustus rencontre alors King Tubby qui lui fournit quelques remixes de qualité pour son label Rockers. Ils décidèrent ensuite de produire ensemble Ital Dub considéré comme l’un des albums les plus innovants dans le style dub depuis près de 5 ans lors de sa sortie.

 

Nous ne sommes qu’en 1975, Pablo a déjà collaboré avec les plus grands et s’est créé un style à part entière. Il devient reconnu comme producteur avec le “Black Star Liner” de Fred Locks qui devient un carton au UK, la renommée d’Augustus PAblo vient de dépasser l’île jamaïcaine, il produit alors Horace Andy, Jacob Miller. 1976 sort le mythique “King Tubby meets Rockers uptown”, sorte de réunion de 2 papes du dub, où Tubby s’amuse à retoucher les hits sortis sous l’effigie de Pablo. En guise de remerciement, Augustus enregistrera des inédits pour le sound system de Tubby. A ce moment même, tout le monde veut Pablo sur ses sorties, que ce soit en tant que producteur, d’instrumentiste pour des sessions dub, il est au sommet de sa force et son inspiration est inépuisable.
1978, il sort l’album “East of the river Nile” enrégistré au Studio Black Ark (on vous a déjà parlé de celui là). Par la suite, Augustus Pablo prend un jeune sous son aile, Jah Levi avec qui il sort 2 albums dans les 80’s : Africa Must Be Free et Time and Place. C’est aussi le début du déclin pour le roi du mélodica qui selon les critiques peinent à se renouveler. 1986, Pablo n’est pas mort, il sort “Rising Sun” qui confirme qu’il en a encore dans le ventre : Island Records lui propose alors un accord pour la distribution des Vyniles 12” du catalogue du label Rockers afin d’écouler du melodica dans le monde entier et de permettre des sorties internationales pour les singles du label de Pablo. Commence alors une tournée internationale, pour la première fois on voit Augustus Pablo en live en dehors de l’île sur laquelle il retournera en 1987. Dans les 90’s Pablo reste un producteur de renom, un bon guest sur des sorties et surtout une vraie légende comme le prouve son catalogue. 1999, à 40 ans Augustus Pablo décède et laisse un gros héritage dub. Pour le concert en hommage à son décès, ce sont toutes les grosses stars jamaïcaines encore en vie qui monteront sur scène, preuve de son influence sur leur musique.